En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal logo vas

UMR EPIA - Unité Mixte de Recherche d'EPIdémiologie des maladies Animales et zoonotiques

EPIA

Détection des maladies infectieuses et des facteurs de risque associés

Changement environ par Karine

Changements environnementaux (photo : INRA, CCEID)

Rôle des changements environnementaux et des pratiques humaines sur l’épidémiologie des maladies infectieuses

Les systèmes multi-hôtes / multi-pathogènes sont d’autant plus pertinents et complexes à étudier que les changements globaux du monde actuel agissent à toutes les échelles de l’organisation de la diversité biologique. Les changements globaux peuvent ainsi potentiellement modifier les dynamiques épidémiologiques des maladies en créant de nouveaux contacts entre populations, en favorisant la diffusion de pathogènes, en concentrant les populations d’hôtes et en créant ou intensifiant des pressions de sélection sur les pathogènes.

Nous abordons plus spécifiquement trois composantes des changements globaux qui ont un rôle majeur dans  la distribution géographique et l’écologie des hôtes et des réservoirs: les changements climatiques, les modifications d’habitats et les pratiques humaines. L’objectif de nos travaux est de comprendre de quelle manière et avec quelle intensité ces composantes agissent sur la dynamique de transmission de pathogènes afin de pouvoir améliorer les prédictions d’émergence de maladies liées à l’animal et proposer des moyens d’action adaptés. Nous travaillons sur plusieurs projets, en particulier : 

Chevaux-Camargue site1

Chevaux et taureaux en Camargue (Photo : Sophie Pradier, ENV Toulouse)

  • le développement d’outil de surveillance de maladies émergentes à partir de données de terrain ou de données bibliographiques. Cette approche est développée pour des maladies spécifiques (principalement les maladies vectorielles chez le cheval) ainsi que pour de la surveillance syndromique.
  • l’influence du climat et du paysage sur la diffusion de maladies fortement liées à l’environnement telles que les maladies vectorisées (notamment par les tiques).  
  • l’influence des facteurs humains associés à la diffusion de maladies d’élevage (notamment le cas de l’influenza aviaire en Thaïlande). En particulier, nous travaillons sur l’identification de nouvelles pistes de recherche pour limiter les résistances aux antibiotiques des bactéries.
Karine Chalvet site

Index d'activité des tiques dans l'environnement (Photo : Karine Chalvet-Monfray, VetAgroSup, Lyon)