En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal logo vas

UMR EPIA - Unité Mixte de Recherche d'EPIdémiologie des maladies Animales et zoonotiques

EPIA

Détection des maladies infectieuses et des facteurs de risque associés

Changement environ par Karine

Changements environnementaux (photo : INRA, CCEID)

Dans ce thème, nous visons à :

Améliorer la surveillance et la détection précoce des maladies infectieuses.

La surveillance est abordée par :

  • le développement de méthodes de surveillance basées sur l’évaluation de risque. Elles sont appliquées à la surveillance syndromique des encéphalites équines ;
  • l’étude de la variation temporelle des indicateurs de santé dans les fermes biologiques : l’objectif est de détecter les changements majeurs dans la dynamique de l’état sanitaire des animaux à partir d’indicateurs qui pourraient signifier des perturbations de la santé. Un objectif à long terme est de déterminer si certaines pratiques favorisent un processus écologique qui protège (ou déclenche) une perturbation de la santé - projet Casdar OTOVEIL.

Décrire les distributions dans le temps et dans l’espace des maladies et de leurs éventuels vecteurs.

Les projets développés portent sur :

  • le couplage de la dynamique des tiques avec les séquences météorologiques basées sur une approche bayésienne. Les résultats constituent une première étape pour comprendre comment le changement climatique va modifier la dynamique des tiques (projet CCEID) ;
  • la cartographie du risque de transmission de maladies transmises par les tiques dont la maladie de Lyme, en utilisant des facteurs de l'environnement et des modèles statistiques et à dire d’experts (Projet LymeSnap, TELETIQ) ;
  • dans le cadre d’une collaboration de recherche avec la Faculté des Sciences Vétérinaires (Université de Mahidol, Thaïlande), une approche de santé pour prédire les épidémies de leptospirose chez l’homme et le bétail en Thaïlande.

Estimer les facteurs de risque associés aux maladies infectieuses (y compris les pratiques humaines) notamment ceux associés aux maladies des animaux (sauvages, d’élevage et de compagnie) et à ceux communs à l’homme et aux animaux (zoonoses).

  • Les travaux portent sur l’utilisation prudente et réduite des antibiotiques dans les élevages de volailles en abordant des aspects à la fois techniques, mais aussi sociologiques et économiques.
  • En collaboration avec le Centre National de Référence des Rickettsia (Marseille), nous déterminerons si les chiens peuvent être impliqués comme sources de rickettsies zoonotiques.

 Apporter une aide à la décision des pouvoirs publics, des acteurs privés et du grand public.

  • Dans ce cadre, plusieurs études associant les sciences participatives ou sciences citoyennes sont mises en place.
Karine Chalvet site

Index d'activité des tiques dans l'environnement (Photo : Karine Chalvet-Monfray, VetAgroSup, Lyon)